Accueil » Actualités et revue de Presse » Les urgences débordent, la grippe pointée du doigt

Les urgences débordent, la grippe pointée du doigt

MARISSA GROGUHÉ,  La Presse,  31 décembre 2018

Les hôpitaux et cliniques médicales du Québec ne se désengorgent pas, alors que plusieurs salles d’urgence dépassaient leur capacité d’accueil hier, surtout en raison de cas de grippe. Alors que l’on traverse le point culminant de la saison grippale, les citoyens sont appelés à ne pas se précipiter dans les centres hospitaliers s’ils ressentent des symptômes.

Les urgences sont bondées, et le temps d’attente estimé par Index santé hier soir était « très élevé » ou « élevé » dans 80 % des hôpitaux de la province.

Et dans les cliniques médicales, on observe le même phénomène. Bonjour-santé calcule le nombre de demandes de rendez-vous en clinique par rapport au nombre de places disponibles et constate une augmentation de 34 % dans la dernière semaine.

Cette saturation est directement attribuable « aux gens qui ont des symptômes de la grippe, qui sont beaucoup plus nombreux », explique Benoît Brunel, porte-parole de Bonjour-santé.

« Le plus important message à la population » durant cette période, selon lui, est de « consulter le 811 et aller sur le site web du gouvernement, que tout le monde devrait lire, pour savoir s’il faudrait consulter ou si ce n’est pas la peine ». La grippe peut être traitée chez soi si elle ne s’aggrave pas et que la personne malade n’est pas particulièrement vulnérable.

Sans que son intention soit de dire aux gens de ne pas consulter, ce qui pourrait s’avérer dangereux, Benoît Brunel croit tout de même que « si la population était assez conscientisée, on ne verrait que les cas importants, et le réseau n’aurait pas les problèmes qu’il a ».

Plus de 35 % des hôpitaux débordent

Les salles d’urgence de plusieurs centres hospitaliers de Montréal affichaient hier des taux d’occupation de civières dépassant les 100 %. Quarante-trois établissements sur 118 (36,4 %) faisaient état d’un pourcentage supérieur à leur limite.

À l’Hôpital général juif du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui présente les chiffres les plus hauts, le taux mis à jour en soirée était de 143 %.

Dans tout le secteur montréalais, 9 des 21 centres hospitaliers étaient bondés au-delà de leur capacité, tandis que 8 s’approchaient de leur plafond.

Même portrait en Montérégie, où plus de la moitié des établissements débordent. À l’hôpital du Suroît, de Valleyfield, et au centre hospitalier Anna-Laberge, à Châteauguay, on s’approche du double du taux maximal.

Dans les Laurentides, cinq des six hôpitaux du territoire ne respectent pas leur capacité d’accueil. Et du côté de Québec, on note le même problème au CHU de Québec-Université Laval (121 % de taux d’occupation), à l’hôpital Saint-François-d’Assise (144 %), à l’Hôtel-Dieu (120 %) et à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie (130 %).

Visualiser aussi

Qualité des soins aux aînés : de nouvelles évaluations pour les CHSLD au Québec

Le gouvernement Legault entend instaurer de nouvelles évaluations dans les centres d’hébergement de soins de …